Feeds:
Articles
Commentaires
Conteuse de tradition orale depuis un quart de siècle, Dominique puise, selon l’inspiration du jour, dans sa boîte à couture ou dans la forêt, dans son jardin ou dans le coffre à jouet, pour donner vie aux personnages de son univers, pour une aventure des cinq sens.
Elle transmet comptines, jeux de doigts et chansons aux parents, avec la douceur et la sagesse d’une grand-mère attentionnée.
photo
Pour les tout-petits de 6 mois jusqu’à 4 ans accompagnés de leurs parents, nounous ou grands-parents, elle anime des séances de 30 minutes…
qui durent une heure avec l’accueil et l’échange autour des livres (en particulier à la MJC de Pamiers et dans la salle du Foulon pour les rencontres « Mots tissés, bouches décousues », depuis 2014, le vendredi à 10heures, une fois par mois)
pour contacter Dominique Despierre joignez la par téléphone: 05 61 69 35 93.
Publicités

Contes et patrimoine

Quoi de plus évocateur pour fêter le patrimoine (chapelle, moulin, lavoir, fontaine, abbaye ou château) et le faire revivre en imagination que la présence vivante d’une conteuse à la langue déliée et d’un musicien complice ?
Samedi 16 Septembre à 16h, l’imposante demeure du château de Seix retrouvera une nouvelle jeunesse et résonnera de rires et de musique.
La Compagnie la Chamalpa amènera son jeune public en balade, le violon de Julien Ursule charmera les oreilles avec fougue et fantaisie et les contes Tziganes de Dominique Despierre feront partager les aventures de ses personnages par la puissance évocatrice de sa parole vive, avec fraicheur, humour et poésie !
« Dans le château de leurs ancêtres, noble forteresse qui domine trois vallées et surveille les routes et la vie du village, Seigneurs et Châtelaines s’ennuyaient, préparaient la chasse, rêvaient d’enfant ou de voyages lointains. Surgit une belle jeunesse, demoiselles rebelles et passionnées, jeunes gens hardis et audacieux qui s’inventent héros malgré eux, jeunesse qui bouscule l’ordre des plates-bandes et la fatalité, secoue la morosité des habitudes et célèbre de joyeuses noces dans l’ivresse d’une fête inattendue… »
Trois contes impertinents et pétillants à écouter avec gourmandise, à la découverte du patrimoine Couseranais rajeuni par l’imaginaire des artistes de cette jeune compagnie Ariégoise qui crée et compose avec ardeur en parole et en musique, depuis plus de quatre ans.COMPAGNIE LA CHAMALPA

A tous les fervents quêteurs de source claire,

à leur soif de beauté jamais étanchée,

A tous les artisans, vrais accordeurs d’étoiles,

à leurs oreilles inlassablement éveillées,

A tous les patients défricheurs de conscience,

à leur cœur encore vif sous les buissons d’épines,

A tous les êtres en marche entre ciel et terre :

  ceux qui œuvrent

  pour que réalité ne soit fatalité,

  ceux qui cultivent

  le désir de véritable humanité,

A tous, que l’an neuf apporte dans son sillage

force apaisée, bonheur profond et joie tranquille !

sans-titre-8

Dominique Despierre

et la compagnie la Chamalpa,

souhaitant que nos chemins se rejoignent de nouveau, pour partager contes et chansons, livres, romans et musique…

Pour une éducation à l’écologie sensible, positive et concrète, sortir nos enfants dans la nature, c’est une chance irremplaçable ; vivre les contes en plein air, une voie de développement durable… de l’imaginaire !

Conteuse de grands chemins, je la pratique au fil des ans avec de plus en plus de métier et de bonheur… un bonheur fécond, à voir les enfants (et leurs éducateurs) devenir créateurs de « pays-sages ». Parce que la nature, c’est plus que notre maison de toujours (et de demain), c’est notre « peau-éthique » originelle !

 

Balade contée avec les enfants du centre de loisirs à Lombrives

Balade contée avec les enfants du centre de loisirs à Lombrives

 

Aussi, j’ai envie d’encourager parents et animateurs et de dire aux enseignants : emmenez vos élèves en sortie scolaire, découvrez vos jeunes poètes en liberté, hors des fantaisies préfabriquées et des promesses technologiques d’un savoir « vire-tue-ailes ». En leur offrant une balade contée, une initiation aux senteurs de nature, vous leur ferez un cadeau inoubliable, un présent qui portera du fruit.

Contact : 05.61.64.93.21.

Voir : « Contes en balade »
Voir la vidéo dans la grotte de Lombrives.
Voir « écouter des contes à l’école »

 

Conteuse plurilinguiste, spectacles multi-culturels, les journalistes l’ont écrit… Loin de moi l’idée de me faire passer pour une savante ! Disons plus modestement que j’ai l’oreille musicale et la gourmandise des mots qui chantent, une curiosité innée des sons qui m’évoquent des images.
Peyroutou, le fils du charbonnier, un conte de Noël gascon

Peyroutou, le fils du charbonnier, un conte de Noël Gascon

Peyroutou, le fils du charbonier, un conte de Noël Gascon

Alors, quand un conte me plait et qu’il me choisit, il commence à me chatouiller la langue et j’ai aussitôt envie d’écouter les personnages me parler leur langue, celle qui ouvre les sens dans leur culture native. Ce n’est pas une séduction de l’exotisme, cela participe d’une approche globale qui me pousse à rechercher tous azimuts : histoire, musique, coutumes, savoir-faire, paysages… J’en nourris mes personnages avec tendresse et respect. Les chansons surtout, sont riches en images sous les mots-énigmes ; alors je joue aux devinettes avec elles, je vais pêcher les mots mystérieux dans le fleuve des dictionnaires… quand ils existent !

Mais, plus encore, je préfère la transmission orale, les bribes de sens offertes par les rencontres vivantes avec l’autre dans sa différence, frère en humanité.

Quelques mots de romani font briller pour moi un conte tzigane de fils d’or (voir Contes au creux de l’arbre, Conte de bonne aventure) ; une phrase en berbère qui devient refrain-clef d’un conte clos par une chanson en arabe classique, et c’est un chatoiement de couleurs… après une traversée savoureuse en langue castillane avec trois petits espagnols et un chant de Noël catalan… 

Est-ce à dire que je délaisse mes premières amours, celles des « Contes des pays d’Oc » ? Certes non !

Mon cheminement des contes « enracinés » aux histoires nomades ne m’a pas fait oublier mes amours occitanes. La langue des troubadours me régale toujours fidèlement dans la bouche de mes personnages familiers et des chansons populaires.voir Gaines de contes et Contes en balades

C’est même ma formule magique,
celle qui ouvre les cœurs :

« … et camina que caminaras,
en caminant te faràs lo camin ! »